The Man in the High Castle (S1) – Critique

The-Man-in-the-High-Castle

Du nombre des amateurs de l’auteur Philip K. Dick, j’attendais avec impatience la version TV du roman Le Maître du Haut-Château, paru en 1962. Tonton Ridley Scott produisant la chose, n’en jetez plus : il fallait que je voie cette série.

Le genre de l’uchronie, déjà rare en littérature, l’est plus encore à l’écran. Sacré défi, s’il en est, de mettre en scène une « réécriture de l’Histoire », à partir de la modification d’un événement du passé (Et si Napoléon avait battu les Russes ? Et si Louis XIV n’avait pas révoqué l’Edit de Nantes ?).

La série, découpée en dix épisodes, est l’une des premières produites par le géant de l’Internet Amazon. Sur une plateforme de VOD payante à la Netflix, les prises de risques sont plus contrôlées, et un genre singulier tel que l’uchronie, mêlant histoire et fantasy, peut trouver son public. Avec succès d’ailleurs : une deuxième saison de The Man in the High Castle est déjà en production.

L’intrigue se déroule un monde alternatif dans lequel l’Allemagne nazie et l’Empire du Japon ont remporté la Seconde Guerre mondiale, et dresse un état des lieux dix ans après cette victoire.

Alors que le Führer Adolf Hitler est malade, les tensions politiques entre l’Allemagne et le Japon sont à leur comble. Dans cette ambiance de guerre froide, un groupe de résistants tente de récupérer de mystérieux films convoités par les deux camps.

Ces bobines présentent une victoire des Alliés durant la Seconde guerre mondiale. Films de propagande ou images d’un monde parallèle (le nôtre) ? Les images créées par le fameux
« Maître du Haut Château » créent le trouble dans les esprits. Peu à peu, chacun remet en question son existence.

Commençons par les points forts : il faut saluer l’excellent travail de « reconstitution » historique effectué sur cette série : décors, costumes, effets spéciaux, photographie… Une vraie patte graphique qui contribue à installer une ambiance digne des meilleurs films d’espionnage.

Continuer la lecture de The Man in the High Castle (S1) – Critique

Publicités

VOD illimitée : faut-il s’abonner à Netflix, ou pas ? Verdict après six semaines de test

Jogging, charentaises, fesses bien calées sur la chauffeuse : le Kulturiö a testé pour vous le service de vidéo illimitée Netflix.
Jogging, charentaises, fesses bien calées sur la chauffeuse : le Kulturiö a testé pour vous le service de vidéo illimitée Netflix.

Le service de streaming (ou vidéo à la demande) illimité Netflix est disponible en France depuis le 15 septembre. 100 000 personnes se seraient abonnées durant les deux premières semaines. Un chiffre à tempérer, chaque nouvel abonné se voyant offrir un mois d’essai gratuit. Pas bégueule, Le Kulturiö en a bénéficié, et vous raconte son expérience de visionnage. Netflix justifie-t-il une dépense de l’ordre de 10 euros par mois ?

Tout d’abord, tendez l’oreille et cliquez sur lecture ci-dessous. On vous explique en deux minutes chrono en quoi le streaming illimité consiste. Et pourquoi l’arrivée de l’Américain Netflix a réveillé un marché français jusqu’ici aussi dynamique qu’une tortue euthanasiée.

Voici comment s’est déroulé le mois gratuit de test. Nous avons opté pour l’abonnement à 8,99 € par mois, qui permet de regarder films, séries, documentaires, d’une part en qualité haute définition (HD), et d’autre part sur deux écrans simultanément. On peut aussi se contenter d’un abonnement à 7.99 € (1 écran, image SD), ou s’offrir celui à 11.99 € : 4 écrans, image HD & ultra HD.

Le service est sans engagement (comme le concurrent français, Canal Play), mais on doit renseigner son numéro de carte bleue pour accéder au mois gratuit, auquel chaque nouvel abonné a droit.
Alors pourquoi avoir pris l’abonnement « deux écrans simultanés » ? Non pas qu’on soit doué du don d’ubiquité, mais il est possible de créer jusqu’à cinq comptes avec le même abonnement Netflix. Un pour soi-même, un pour les enfants (expurgé des contenus violents), un pour votre conjoint(e)… Continuer la lecture de VOD illimitée : faut-il s’abonner à Netflix, ou pas ? Verdict après six semaines de test