VOD illimitée : faut-il s’abonner à Netflix, ou pas ? Verdict après six semaines de test

Jogging, charentaises, fesses bien calées sur la chauffeuse : le Kulturiö a testé pour vous le service de vidéo illimitée Netflix.
Jogging, charentaises, fesses bien calées sur la chauffeuse : le Kulturiö a testé pour vous le service de vidéo illimitée Netflix.

Le service de streaming (ou vidéo à la demande) illimité Netflix est disponible en France depuis le 15 septembre. 100 000 personnes se seraient abonnées durant les deux premières semaines. Un chiffre à tempérer, chaque nouvel abonné se voyant offrir un mois d’essai gratuit. Pas bégueule, Le Kulturiö en a bénéficié, et vous raconte son expérience de visionnage. Netflix justifie-t-il une dépense de l’ordre de 10 euros par mois ?

Tout d’abord, tendez l’oreille et cliquez sur lecture ci-dessous. On vous explique en deux minutes chrono en quoi le streaming illimité consiste. Et pourquoi l’arrivée de l’Américain Netflix a réveillé un marché français jusqu’ici aussi dynamique qu’une tortue euthanasiée.

Voici comment s’est déroulé le mois gratuit de test. Nous avons opté pour l’abonnement à 8,99 € par mois, qui permet de regarder films, séries, documentaires, d’une part en qualité haute définition (HD), et d’autre part sur deux écrans simultanément. On peut aussi se contenter d’un abonnement à 7.99 € (1 écran, image SD), ou s’offrir celui à 11.99 € : 4 écrans, image HD & ultra HD.

Le service est sans engagement (comme le concurrent français, Canal Play), mais on doit renseigner son numéro de carte bleue pour accéder au mois gratuit, auquel chaque nouvel abonné a droit.
Alors pourquoi avoir pris l’abonnement « deux écrans simultanés » ? Non pas qu’on soit doué du don d’ubiquité, mais il est possible de créer jusqu’à cinq comptes avec le même abonnement Netflix. Un pour soi-même, un pour les enfants (expurgé des contenus violents), un pour votre conjoint(e)… Continuer la lecture de VOD illimitée : faut-il s’abonner à Netflix, ou pas ? Verdict après six semaines de test

Publicités

[Audio, vidéo] Brooklyn 99 : le retour de la police drôle

Brooklyn 99 renoue avec la tradition des comédies policières des années 1980. L'humour en plus.
Brooklyn 99 renoue avec la tradition des comédies policières des années 1980. L’humour en plus.

La comédie policière Brooklyn 99 débarque en France sur Netflix. De l’autre côté de l’Atlantique, la deuxième saison de cette série de la chaîne Fox est actuellement en cours de diffusion. On peut aussi la retrouver sur Canal + Séries, mais pas sur Popcorn Time.


(Sous-titres en anglais disponibles dans le menu de la vidéo)

Couronnée aux Golden Globes 2014, Brooklyn 99 raconte les tribulations d’un commissariat de quartier. Le capitaine Ray Holt (Andre Braugher, aperçu dans Last Resort) est nommé à la tête de ce 99e district de la police de New York. Le gradé aura fort à faire : sous ses ordres, une vraie bande de bras cassés, qu’il va falloir recadrer. Parmi eux, notamment, l’acteur Terry Crews (The Expendables), qui joue un flic baraqué et ultra sensible, mais aussi Andy Samberg, le chanteur du groupe humoristique Lonely Island.
Peut-être connaissez-vous l’une de leurs chansons ? Comme celle-ci ou celle-là.

Andy Samberg (à gauche) est le chanteur du groupe humoristique Lonely Island, assez populaire aux États-Unis.
Andy Samberg (à gauche) est le chanteur du groupe humoristique Lonely Island, assez populaire aux États-Unis.

Andy Semberg, qui incarne l’enquêteur Jake Peralta, est le véritable héros de Brooklyn 99. Jeune flic brillant, excentrique, benêt, tête à claques, il est tout simplement hilarant. A condition bien sûr d’apprécier l’humour de stand up à l’américaine (très verbeux et référentiel, il faut bien le reconnaître).

Le succès de cette série confirme qu’on a pas fini de se moquer des forces de l’ordre. Même si ces dernières années, les détenteurs de la loi sont plutôt synonymes de thrillers glauques.

Découvrez, en audio, pourquoi cette série va actionner vos zygomatiques.

Cette chronique a été originellement diffusée sur Radio C2L. Écriture, présentation : Jérôme Perrot. Mixage : Jean-Baptiste Cassou.

Pour suivre l’actualité de ce blog sur Facebook, c’est par ici.