Garry Winogrand, portraits de rue rares

Encore quelques jours pour découvrir les clichés de Garry Winogrand, à Paris. Au Jeu de Paume, à deux pas du jardin des Tuileries, se tient la plus grande rétrospective consacrée depuis un quart de siècle à ce maître de la photographie de rue.

« La vie, c’est ce qui arrive quand on a d’autres projets », disait John Lennon. La vie et l’œuvre de Garry Winogrand entre en résonance avec ces mots. Emporté par un cancer en 1984, à l’âge de 56 ans, ce photographe new-yorkais n’aura trié ni même vu la moitié de ses propres photos.

Garry Winogrand, photographié par son ami Lee Friedlander en 1957.
Garry Winogrand (1928-1984), photographié par son ami Lee Friedlander en 1957.

On pourrait dire que j’étudie la photographie, et c’est vrai ; mais, en réalité, j’étudie l’Amérique.

L’artiste new-yorkais, de plus en plus sceptique sur la capacité d’une photo à changer, voir à expliquer le monde, préférait produire que trier.

Continuer la lecture de Garry Winogrand, portraits de rue rares

Publicités

Charlie Hebdo, l’hommage

P1200377
Charb, en pleine séance de dédicaces, dans une exposition sur Charlie Hebdo organisée en avril 2012 dans une école de commerce d’Amiens.

Dans ce billet, mettons exceptionnellement de côté Le Kulturiö, les découvertes artistiques, le monde sécurisant de la fiction, pour celui du réel.

Je parle en tant que Jérôme Perrot, jeune journaliste et auteur de ce blog, pour rendre hommage aux victimes des attaques terroristes islamistes qui se sont déroulées en France entre le 7 et le 9 janvier 2015. Puisque l’on dit « si on se souvient de quelqu’un, il ne meurt pas tout à fait », voici quelques lignes pour raconter ma rencontre avec l’équipe de Charlie Hebdo.

En avril 2012, alors journaliste au Courrier Picard, je rencontre à Amiens plusieurs membres du journal satirique. Charb, Wolinski, Cabu, Luz, entre autres, sont là. Ils sont ouverts, amicaux, en terrain conquis. Leur bonne humeur sent l’alcool et le tabac.

L’incendie dans leurs locaux avait eu lieu il y a quelques mois
Dans les locaux de l’école supérieure de commerce d’Amiens, le journal satirique vient présenter Les 1000 unes de Charlie Hebdo (en réalité 50). La cour intérieure d’une Sup de Co : lieu saugrenu pour une exposition pareille. Ce qui amuse beaucoup Luz : « Être là où on ne s’attend pas à nous voir, ça nous plaît ».

Quelques mois avant leur venue en Picardie, un incendie criminel ravage leurs locaux parisiens. En cause, déjà, les caricatures sur Mahomet parues initialement dans le journal Jyllands-Posten en septembre 2005, et reprises par Charlie Hebdo par solidarité envers ce média danois.

Charb tonne : « On refuse de se cantonner à Paris. On a voulu nous chasser du vingtième arrondissement de Paris, on y est toujours. On est partout chez nous, à Amiens aussi, partout où on peut aller, on ira ».

P1200427

Quelques lecteurs viennent se faire dédicacer le livre qui porte le nom de l’exposition, organisée par la bonne volonté de quelques étudiants (dont le jeune homme entre Wolinski et Charb). L’affaire des caricatures de Mohamet est au cœur des discussions. Déjà. Et Charb y répond avec volonté et insouciance.

Racistes, ces mecs là, comme on les a parfois accusé ? J’ai surtout l’impression qu’ils sont dans le millième degré. Baignant dans des références qui leur semblent évidentes. Ce qui rend parfois leur humour incompréhensible.

« On a besoin de gens comme vous »
Je n’ai jamais été un lecteur assidu de Charlie Hebdo. Mais j’ai toujours admiré leur côté trash. Ce qu’ils osaient dans l’humour pour mieux expliquer l’absurdité du monde.

Après avoir posé quelques questions d’usage sur l’exposition à Charb, je lui donne mon point de vue. « Je ne vous trouve pas tout le temps drôle, mais merci d’être là. On a besoin de gens comme vous, de poil à gratter ». Il me répond d’un merci en souriant.

Je me tourne vers Cabu. Timide, le grand Duduche ? Je ne la ramène pas non plus, je suis impressionné d’avoir le monsieur en face de moi. Brouhaha ambiant, j’attaque avec une question. Cabu me regarde avec son visage de poupon et ne répond rien. Avant que les organisateurs nous interrompent.

Le soir, l’équipe de Charlie a rendez-vous au Cirque d’Amiens pour une symphonie révolutionnaire en hommage à Che Guevara. Moins de deux ans plus tard, c’est à plusieurs d’entre eux qu’on rend des hommages : Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski.

La psychanalyste Elsa Cayat, l’économiste Bernard Maris, les gardien de la paix Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro, le correcteur Mustapha Ourrad et l’agent de maintenance Frédéric Boisseau décèdent également lors de l’attaque terroriste islamiste des locaux de Charlie Hebdo, ainsi que Michel Renaud, fondateur du festival Rendez-vous du carnet de voyage.

o-JE-SUIS-CHARLIE-LOGO-facebook

Je présente mes condoléances aux familles et aux proches des dix-sept personnes assassinées lâchement lors de ces attentats.

Suite à ces événements atroces, plus de quatre millions de personnes sont descendues dans les rues, (presque) sans slogan, sans revendications. Une telle solidarité me rend fier de mon pays. Mais cet élan général n’est qu’une première étape. Pour quels résultats ? Pour quel espoir de mutation profonde et de prise de conscience ?

A titre professionnel, j’espère que ces évènements serviront la cause de la liberté de la presse, à défaut de celle d’une bande de trous du cul.

Que la solidarité vive. Que pessimistes et diviseurs se taisent. Que les manœuvres politiques échouent.
Liberté, égalité, fraternité ! Non, ces mots ne sont pas un leurre, que l’on abandonne à l’extrême-droite. Ce sont les valeurs qui ont fait l’histoire de notre pays, et elles doivent continuer à le faire.

Pour terminer ce billet, je vous propose de l’enrichir dans les commentaires en recensant toutes les lectures pertinentes d’articles, livres, etc… qui nous permettront de réfléchir à l’après-attentat. A l’inévitable perte de libertés individuelles qui nous guette.

Alors, #JeSuisCharlie, que fait-on maintenant ?

-Article du sociologue Saïd Bouamama. L’attentat contre Charlie Hebdo : L’occultation politique et médiatique des causes, des conséquences et des enjeux.

-Billet de la blogueuse Monica M. sur Mediapart. La tentation du Djihad chez de jeunes Européens.

-Billet du journaliste Bruno Masure, agacé par la couverture médiatiques des attentats par les télévisions.

-Livre de philosophie « L’ère du vide », de Gilles Lipotevsky (écrit en 1983 mais toujours cruellement actuel), qui analyse une société « post-moderne » marquée, selon l’auteur, par un désinvestissement de la sphère publique, de même qu’une perte de sens des grandes institutions collectives (sociales et politiques). Attention, c’est costaud à lire, ce n’est pas du Luc Ferry…

N’hésitez pas à enrichir cette liste de vos lectures personnelles.

Pour suivre l’actualité de ce blog sur Facebook, c’est par ici.

Si tu préfères t’abonner à la page Twitter, clique là.

Saga du Seigneur des Anneaux : notre reportage exclusif dans la grotte de Sméagol

Le-Hobbit-Affiche-La-Compagnie-des-Nains

Un monde merveilleux, celui du Seigneur des Anneaux, père de tous les récits où magiciens, elfes et boules de feu cohabitent.
Une terre, celle du Milieu, pleines des mythologies européennes. Exploré depuis un siècle par un auteur, J.R.R Tolkien, tout d’abord, puis par des générations de lecteurs, qui n’avaient jamais eu un texte aussi minutieux pour nourrir leur imagination.

Comme l’a dit Alphonse Allais :

Il y a des moments où l’absence d’ogres se fait cruellement sentir.

Continuer la lecture de Saga du Seigneur des Anneaux : notre reportage exclusif dans la grotte de Sméagol

Classique, rock, histoire… pour Noël, des livres dans ta discothèque

cdcollection

La musique c’est bien, mais les livres sur la musique, c’est pas mal aussi. En ces temps où la musique n’est  qu’immatériel, il faudra bien de beaux ouvrages pour remplacer les disques dans vos étagères. Fort de cet argument auquel on n’oppose pas de réplique, Le Kulturiö vous propose quatre lectures saines pour oreilles averties. Et si on vous l’offre pour les fêtes de fin d’année, ce sera encore meilleur.

  • On commence avec un beau livre à la couverture façon Art déco La Fleur au fusil, 14-18 en chansons (éditions Acropole – 29 €) à découvrir avec vos oreilles ci-dessus.

A17CrqAtkPL

Chansons populaires, marches militaires, diatribes anti-Allemands, chansons à boire ou d’amour… Des strophes qu’on recopiait pour les chanter, au sein de toutes les couches de la société.

Continuer la lecture de Classique, rock, histoire… pour Noël, des livres dans ta discothèque

Le Hobbit : fin de saga au bout de l’ennui

La meilleure scène du film est sans conteste son introduction. Smaug attaquant le village, cela aurait dû normalement être le bouquet final du deuxième volet.
La meilleure scène du film est sans conteste son introduction. Smaug attaquant le village, cela aurait dû normalement être le bouquet final du deuxième volet.

Des nains, un hobbit, un magicien : l’équipée d’aventuriers partis à la conquête du royaume d’Erebor est parvenue au bout de son voyage. Déjà, la mission de Bilbo, oncle du héros du Seigneur des Anneaux Frodon, touche à sa fin… Rappelez-vous, on avait laissé, à la fin du deuxième volet, le hobbit et le dragon Smaug assis sur son tas d’or, au cœur de la Montagne Solitaire.

A l’issue d’un dialogue d’anthologie, la créature ailée décidait d’aller griller quelques humains dans la cité de Lac-ville, pour passer ses nerfs. C’est cette séquence qui ouvre le film, et elle est particulièrement réussie. Seulement voilà – c’est très pénible à écrire quand on aime cet univers et ce que Peter Jackson en a fait – mais c’est aussi la seule scène du film qui tienne à peu près la route. Continuer la lecture de Le Hobbit : fin de saga au bout de l’ennui

Témoignage exclusif de Verlaine, BHL, Coppola et Bertrand Cantat : « J’ai encore rêvé d’elle »

« Ouais non, là ça va pas être possible… »

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Comme l’attestent ces quelques vers célèbres, Paul Verlaine changeait souvent ses draps passait visiblement des nuits agitées. Dans le poème « Mon rêve familier », la femme est identifiée comme l’objet du désir. Et la poésie est le moyen d’y parvenir. L’auteur des Poèmes saturniens était loin d’être le seul.

Certains le disent avec des mots simples : J’ai encore rêvé d’elle, par le groupe Il était une fois. Cette chanson de 1975 est tournée en dérision, dans la vidéo ci-dessous, par les humoristes Les Frères Taloche.

Parvenir à retranscrire le feu des reins et autres déraillements de l’âme, c’est pour l’artiste en général une autre manière de s’approprier l’être convoité.
L’acte de création n’est-il pas lui même personnifié par une rencontre avec la muse, gardienne des arts ?
Continuer la lecture de Témoignage exclusif de Verlaine, BHL, Coppola et Bertrand Cantat : « J’ai encore rêvé d’elle »

Hellfest 2015 : Mastodon, Vulcain, Phil Anselmo, Cock Sparrer, Epica annoncés

Les Néerlandais d'Epica figurent parmi les nouveaux noms qui viennent d'être dévoilés en vue du festival Hellfest 2015. Une bonne nouvelle pour tous les amateurs de metal symphonique.
Les Néerlandais d’Epica figurent parmi les nouveaux noms qui viennent d’être dévoilés en vue du festival Hellfest 2015. Les amateurs de metal symphonique vont être contents.

Il ne reste plus que 5 groupes à découvrir de l’affiche 2015 du Hellfest. Les organisateurs du festival metal de Clisson, ont en effet dévoilé 26 noms de groupes qui se produiront du 19 au 21 juin 2015 près de Nantes en Loire-Atlantique.

Parmi ces nouvelles formations qui viendront cracher des watts dans les vignes, on peut se réjouir de la venue d’Epica, valeur sûre du metal symphonique. Un genre sous-représenté en festival de metal.

Phil Anselmo, le chanteur de Pantera, se produira avec son groupe Superjoint Ritual. Les Américains de Mastodon et les anglais déjantés de Cock Sparrer seront aussi de la partie.

Les 26 nouveaux groupes : A DAY TO REMEMBER / ARGILE / BRANT BJORK / BUTCHER BABIES / COCK SPARRER / CRUSHER DOCTOR / EPICA / GHOST BRIGADE / GIUDA / HAKEN / INFESTUS / LION’S LAW / LIVINGSTONE / MASTODON / MELECHESH / NO RETURN / ONSLAUGHT / PETER AND THE TEST TUBE BABIES / PRIMATE / SHINING (nor) / SNOT / SUP / SUPERJOINT RITUAL / SYLOSIS / TRIGGERFINGER / VULCAIN

Découvrez l’affiche réactualisée ici.

A noter que si vous voulez des pass 3 jours, il n’en reste quasiment aucun. Pour vous en procurer, c’est par là.

Pour suivre l’actualité de ce blog sur Facebook, c’est par ici.